Soyons écolos vivons tout nus

Je n’ai jamais été une grande fan de la mode, je le reconnais.

J’aime les jolis petits habits trop mignons pour mes enfants, et les habits un peu plus foufous et colorés pour moi, mais je ne suis pas le rythme de la mode.

Ça n’a jamais été mon truc d’acheter un vêtement “parce qu’il est à la mode”. En plus, ce n’est vraiment pas écolo du tout. Déjà parce qu’acheter au fil des “saisons” en suivant les dernières, modes, les soldes…. poussent à consommer, et donc à gaspiller, bien plus que ce dont on a besoin.

Mais aussi parce que la production des vêtements en elle même est hyper polluante. L’industrie textile est la deuxième industrie la plus polluante au monde, juste derrière celle du pétrole. Elle est responsable de 3 à 10% des émissions de CO2 mondiales. Le rapport de la fondation MacArthur parle de 1,2 milliards de tonnes de CO2, ce qui est plus que tout le transport aérien et maritime réuni.

Pour un simple T-shirt, par exemple, l’empreinte carbone est de 5kg en moyenne, alors que le T-shirt ne pèse que 250g.

Il aura fallu 3750L d’eau, seulement pour la production du coton, soit l’équivalent de 70 douches, sans parler des produits chimiques utilisés pour la culture du coton, des teintures etc…. Et comme ce T-shirt est généralement produit à l’autre bout du monde il parcours aussi des 10aines de milliers de km. ( ex : coton cultivé aux USA, filé en Chine, imprimé et vendu en europe).

Mais ce n’est pas terminé hein, parce qu’une fois que le T-shirt est fabriqué et acheté il est utilisé, et on va continuer à poulluer en le lavant (non, mais quelle idée aussi de laver ses fringues), et quand on ne s’en servira plus on polluera encore, surtout si on a pas le réflexe de le recycler.

 

Voilà pourquoi je te conseille de vivre nu, ce sera la façon la plus efficace d’être écolo.

Mais bon, si tu habites dans un endroit froid, ou si tu n’as pas tellement envie de montrer tes fesses à tes voisins, ce que je comprends très bien vu que c’est également mon cas, tu peux te dire : “je ne peux pas arrêter de polluer mais je peux essayer de le faire le moins possible” et donc continuer à porter des vêtements… mais différemment.

 

Je te livre quelques-une de mes pistes et réflexions, n’hésite pas à les enrichir.

 

1 – Réfléchir avant d’acheter du neuf

Effectivement il y a plein de petites tenues super sympa qui nous font de l’oeil, pour nos enfants, comme pour nous. Mais honnêtement, l’acheter relèverait du caprice. Parce que des tenues mignonnes il y en a tellement qu’on ne pourra pas toutes les avoir, alors pourquoi celle-ci plutôt qu’une autre ? Si on y réfléchi bien on se rendra compte qu’on en a pas vraiment besoin.

Alors, oui, on a besoin de vêtements, mais il y a tellement de plateformes qui vendent de l’occasion de très bonne qualité maintenant qu’on peut vraiment faire le choix de ne plus acheter de neuf.

J’ai pris la décision il y a quelques mois de ne plus acheter de vêtements neufs, avec bien entendu quelques petites exceptions comme les chaussures et les sous-vêtements (pour des questions évidentes d’hygiène ). et ça m’aide à ne pas craquer devant des tenues dans lesquelles ma Licorne serait adorable, alors qu’elle en a déjà des tonnes. 

 

2 – Se tourner vers l’occasion

Occasion ne rime plus avec mauvais état. Il y a de plus en plus de sites ou d’appli qui proposent des vêtements d’occasion de bonne qualité, parfois quasi neufs.

C’est le cas de Patatam, Vinted, Affairesdeptis, etc… ( tu as juste a taper “vêtements occasion enfant dans ton moteur de recherche pour en trouver plein)

Je pense que le marché de l’occasion devrait se normaliser, parce que je n’achète plus de vêtements neufs pour moi, mais lorsque j’offre un cadeau à quelqu’un je ne lui prends quasiment jamais d’occasion parce que c’est mal vu, ça fait “radin”, alors que ce n’est pas le but.

Bref, voici mes conseils :

–> accepter de recevoir des cadeaux d’occasion

–> déculpabiliser d’offrir des cadeaux d’occasion, au contraire, ça devrait être valorisé.

 

3 – En avoir moins mais mieux.

C’était un peu l’origine de mon article de septembre, et peut-être l’origine aussi de toute ma réflexion sur les vêtements. Nos armoires, comme celles de nos enfants (sauf celle de mon mec) regorgent de vêtements.

Question n° 1 : est-ce qu’on met vraiment tout, ou est-ce qu’il y a des habits qui attendent désespérément leur heure ?

Question n°2 : est-ce qu’on a vraiment besoin d’en avoir autant ?

Moi par exemple, je me rends très clairement compte que j’ai mes habits fétiches que je mets en boucle, les autres ne servent que très très rarement.  Généralement je les mets quand tous les autres sont sales (parce que j’ai eu la flemme de les laver) et je ne suis pas 100% à l’aise dedans.

Alors je me dis : il faut que je trie, que je ne garde que ce que j’aime vraiment.

Et c’est ce que je fais en ce moment, je vends quelques petites choses sur Vinted, et je mets le reste dans la benne de collecte d’habits.

 

4 – Miser sur la durée

Quand on sait ce que coûte, en matière d’écologie, la production d’un vêtement, je me dis qu’il faut miser sur la durée pour le rentabiliser.

Ça va dans le même sens que ce que je te disais juste avant. Si tu n’as que des habits qui te plaisent vraiment, et que tu n’as pas acheté sur un coup de tête, tu les garderas longtemps. Pour ça bien sûr il faut aussi que les habits soient de bonne qualité. Mais si tu achètes moins d’habits qu’avant tu peux te permettre de mettre un peu plus d’argent dedans pour investir dans la qualité.

Par exemple, il vaut mieux acheter un haut à 30€ qui te plait et qui est de bonne qualité, et que tu pourras garder de nombreuses années, plutôt que 3 hauts à 10€ qui te plaisent un peu, mais dont tu pourras te lasser assez vite, et surtout qui vont se déformer et s’user super vite.

 

5 – Faire soi-même et Upcycler

Si tu t’y connais un peu en couture tu peux fabriquer toi même tes vêtements ou ceux de tes enfants. Ça ne résoudra pas le problème de la pollution pour la production du tissu (sauf si tu utilises du tissu auquel tu donnes une seconde vie) mais ça correspondra davantage à tes goûts.

Tu peux aussi upcycler de vieux vêtements pour leur donner une seconde jeunesse et les garder plus longtemps.

 

6 – Donner et recycler

Pense à donner tes habits.

Ici je le fais beaucoup avec les habits des enfants, parce que j’ai dans mon entourage beaucoup de jeunes parents, alors dès que les vêtements de Bubus sont trop petits je les mets de côté pour ma Licorne, et quand ils deviennent trop petits pour ma Licorne je les donne aux copains.

C’est plus facile avec les vêtements bébés qu’avec ceux d’adultes, c’est sûr. Mais quand tu ne peux pas donner ne jette pas, cherche une benne qui collecte les vêtements pour leur donner une deuxième chance.

 

7 – Louer les habits

C’est la partie qui m’intrigue le plus et que je n’ai jamais testée, mais qui a l’air d’être une super solution en matière d’écologie.

Quand tu as besoin d’un habit pour une occasion particulière (comme un mariage ou les fêtes de fin d’année par exemple) est-ce que tu es vraiment obligé de l’acheter, sachant que tu ne le remettras presque jamais ?

Et pour les enfants qui grandissent tellement vite, c’est pas rentable d’acheter du neuf. Il y a des sites qui l’ont bien compris et te propose de louer les fringues pour les petits.

C’est par exemple le cas de Tale Me ou de Babyclo qui te proposent un forfait mensuel pour louer les vêtements des petits. Quand les vêtements deviennent trop petits, ou plus de saison, ou que tu as tout simplement envie d’en changer, tu les renvoies et tu en prends d’autres en échange.

J’aime beaucoup l’idée, et j’essayerai quand l’armoire de mes enfants commencera enfin à se vider (ce qui n’arrive mystérieusement jamais alors que je ne leur achète plus rien)

 

Et toi alors, quel est ton rapport à la mode ?

Auteur de l’article : astuces de Bubus

astuces de Bubus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *