Dans mon métier (je te rappelle que je suis Instit' en maternelle) je vois passer beaucoup d'enfants.Et ces enfants sont souvent accompagnés d'adultes.

C'est de ces adultes que j'aimerais te parler aujourd'hui.

 

sapin

Pour travailler avec des enfants j'ai du suivre des cours, puis passer un concours : des écrits pour voir si j'avais le niveau scolaire, puis des oraux pour voir si je n'étais pas cinglée si je serais capable de me tenir devant un groupe d'enfants parfois difficiles et de rester Zen et Pédagogue.

Quand j'ai eu le concours j'ai continué la formation, en étant maîtresse 1 jour par semaine et stagiaire le reste de la semaine, pour discuter de ma pratique avec des professeurs et mes collègues stagiaires. Durant cette 1ere année j'ai été "visitée" 9 fois. C'est-à dire qu'on est venu 9 fois voir ce que j'enseignais mais aussi comment je l'enseignais.

L'année suivante j'ai eu ma première classe à l'année, et encore 1 visite pour être sûr.

L'année d'encore après j'ai été inspectée...

Et toutes les années j'ai fait de la formation continue...

Tout ça pour te dire que s'occuper de jeunes enfants ça s'apprend.

***

 

9

Pour avoir un enfant j'ai fait l'amour toute nue une fois, j'ai suivi 8 cours de préparation à l'accouchement pour apprendre à faire sortir l'enfant, à la maternité on m'a montré comment nettoyer le cordon et donner le bain à Bubus, on m'a aidé à lui donner le sein, puis... plus rien.

Ce qui fait que je vois pas mal de familles qui donnent bien à manger à leur enfant, qui lui donnent le bain, qui lui mettent des habits propres, mais qui le considèrent un peu plus comme un smartphone (si tu sais, cet objet dont on prend soin parce qu'il coûte cher et qu'on emmène partout avec nous) que comme des mini-êtres humains.

Tout ça pour te dire que s'occuper de jeunes enfants ça s'apprend. Ah, oui, en fait je te l'avais déjà dit. Mais visiblement j'ai dû louper une étape...

 

Oui, chacun est libre de faire comme il veut.

Oui, chacun est libre d'élever son enfant comme il l'entend,

Mais oui, certains parents sont en difficulté.

Et oui, certains parents essayent de faire au mieux mais s'occuper d'un enfant, contrairement à ce qui se dit, ce n'est pas inné, ça s'apprend.

Et toujours OUI beaucoup d'enfants sont en souffrance parce que leurs parents font ce qu'ils peuvent mais que ce n'est pas toujours évident.

Et Oui encore, certains parents sont en souffrance parce qu'on leur a dit "félicitations c'est une fille" en leur mettant leur bébé dans les bras mais que tout ce qu'ils ont entendu c'est : "Allez, maintenant sortez de la maternité et démerdez-vous tout seuls pour l'élever, et surtout ne faîtes pas chier".

 

20150228_143101

 

Quand j'étais petite fille je trouvais ça bizarre qu'on ait un permis pour conduire et pas un permis pour faire des enfants. C'était mon côté dictateur.

"On ne fait pas d'enfants si on n'a pas son permis".

Maintenant, sans aller jusque là je trouve ça dommage qu'il n'y ait pas plus d'aide offerte aux parents pour "apprendre le métier de parent" avant l'accouchement. Pas pour dicter aux parents leur conduite, mais pour les aider en cas de difficultés. Pour les préparer à ce qu'ils vont vivre, les mettre en confiance, leur dire que c'est normal d'être un peu perdus, que c'est normal d'être fatigués, et qu'aucun parent n'est parfait.

Mais pour leur dire aussi que leur enfant n'est ni un meuble (qu'on pose dans un coin en espérant qu'il nous dérangera le moins possible) ni un animal (avec lequel on aime bien jouer un peu, mais qu'on engueule quand il fait ses besoins au mauvais endroit ou quand il mâchouille notre pantalon).

Leur apprendre qu'il est normal de ne pas être d'accord avec ce que fait l'enfant, mais étant donné que c'est nous l'adulte, qu'il faut essayer de trouver une façon de lui faire comprendre calmement sans l'engueuler, et sans l'insulter.

Je te dis ça suite à plusieurs situations que j'ai vécu, et durant lesquelles je n'ai pas trop su comment réagir. Je t'en mets 2 pour que tu comprennes, et que tu me donnes ton avis :

 

Grande

Situation 1 (c'était la semaine dernière à l'école) :

dortoir

Il est 13h58, j'attends les derniers enfants qui ont mangé chez eux à midi et qui reviennent faire la sieste à l'école. L'école ouvre dès 13h50 pour laisser le temps aux familles d'arriver, de les déshabiller et de les faire passer aux toilettes avant la sieste.

13h59 un papa arrive avec sa fille. Il l'aide à se déshabiller, puis l'envoie aux toilettes. Comme il trouve qu'elle met un peu trop de temps à faire pipi il l'appelle depuis la classe pour lui dire de se dépêcher.

La petite, qui a bien compris que ses copains dormaient déjà ou étaient en train de s'endormir dit "chuuuut" "chhuuuuuuuuuuuut" à son père pour qu'il ne réveille pas les copains.

Le père va la rejoindre dans les toilettes et lui répond gentiment :

 

" non tu fais chier là grouille toi t'es la dernière"

 

Heuuuu... Si je ne dis pas de bêtise ta fille n'a que 3 ans et elle ne sait pas lire l'heure, si vous êtes à la bourre c'est sûrement plus de ton fait que du sien...

J'aimerais dire à ce père que ce n'est pas possible de parler comme ça à son enfant, mais mon rôle c'est de m'occuper des enfants, pas des adultes (malheureusement). Et je peux seulement lui dire "Pas de problème on a 5 minutes elle peut faire pipi".

 

 

 

Situation 2 (il y a un petit moment déjà) :

IMG_20160328_154757

Je fais quelques courses avec Bubus en porte bébé. La mode est au rdc et l'alimentaire au sous-sol, je choisis de passer par les escaliers (pour garder la forme). En descendant l'escalier je passe à côté d'un petit garçon d'environ 3 ans qui joue assis sur les marches. Il ne me gêne pas vraiment, je me tiens bien à la rampe et je descends tranquille.

J'entends sa mère qui crie dit "Trucmuche pousse toi, laisse passer la dame" sans même le regarder.

Trucmuche préfère enlever ses chaussures plutôt que de se pousser. Chacun ses passions.

J'allais dire un truc du genre "haha, ce sont des petits coquins, heureusement que le mien ne sait pas encore marcher" en faisant un sourire de connivence à la maman, qui, le voyant virer ses chaussures hurle dit gentiment :

" Non, mais t'es pas normal dans ta tête toi !"

"T'es pas bien, hein !"

Sur le coup j'ai été bien contente de ne pas avoir eu le temps de fraterniser avec cette Harpie maman débordée.

J'étais choquée. J'avais envie de lui dire que "sisi son fils était tout à fait normal et que c'était peut-être un peu violent de lui parler comme ça".

Puis, je continue mes courses avec Bubus, la maman continue son shopping en se souvenant de temps en temps qu'elle a un enfant quelque part dans ce magasin. Je l'entends donc crier ponctuellement "Trucmuche t'es où ?" et autre "Tu vas voir quand je vais te trouver, je vais te taper devant tout le monde, tu as avoir honte"...

... heu, non. C'est moi qui aurait honte de brandir la menace de la fessée comme ça. Mais je ne peux pas aller voir cette dame et lui donner des cours élémentaires de pédagogie. Qui suis-je pour faire ça ?

Qu'est-ce qu'on peut faire ? On ne peut pas aller dire à cette mère "tu sais, il faudrait peut-être lui parler plus gentiment" ? "Tu sais que ton enfant est en pleine construction et que tes paroles peuvent causer de gros dégats dans son estime de lui-même?" On peut essayer, mais on s'expose juste à se faire envoyer bouler (au mieux). Peu de chance qu'elle réponde :

"oh, merci, vous venez d'éclairer ma journée, j'étais partie sur une mauvaise voie

et grâce à vous j'ai compris à quel point il était important d'être bienveillant".

 

Non, on peut juste se retourner vers son propre bébé et lui dire :

" je te promets que je ne te parlerai jamais comme ça"

 

 Bubus,

Mon fils, mon amour,

Même si j'essaye d'être détendue, bienveillante, ouverte d'esprit, dans le dialogue... Je sais que je vais m'énerver contre toi, et même me fâcher. Je vais très probablement crier et te punir (puis m'en vouloir), mais je ne t'insulterai pas. Jamais.

Je te promets que je ne te parlerai jamais comme ça.

 

Ta maman, avec ses qualités et ses défauts, qui t'aime.